English

À propos de l'artiste

BIOGRAPHIEExpositionsENTREVUESRevue de presse

 

« On m'a souvent demandé pourquoi je me consacre aussi entièrement à mon art. – Pour moi, c'est un besoin, car ma vie n'a de sens qu'à partir de ma peinture. Mon intérêt pour la vie est basé sur mon art, c'est ce qui me relie à la réalité. »

 

Normand Leibovitch s'est fait connaître dans la province du Québec au début des années 40 grâce à d'une série d'expositions individuelles très bien reçues par la critique. Contemporain et ami d'artistes montréalais renommés tels que Louis Muhlstock, Moe Reinblatt et Sam Borenstein, Leibovitch a exposé ses œuvres à travers l'Amérique du Nord dans des villes comme Montréal, Toronto et New York. Sa première rétrospective posthume a récemment eu lieu à la Galerie d'art d'Outremont, du 17 août au 3 septembre 2004. Le public y était invité à voir 75 toiles rarement exposées, couvrant l'ensemble de sa carrière de l'artiste, de ses débuts jusqu'à sa mort en 2002.

Leibovitch reçu une bourse d'études qui lui permit d'étudier au American Artist School de New York et plus tard au New York Art Students League sous la direction du célèbre sculpteur William Zorach. Ses études terminées, il choisit de revenir dans sa ville natale où il travailla de façon prolifique. Il résultera de sa prodigieuse abondance créatrice une collection de plus de 1 000 tableaux. Leibovitch est surtout connu pour ses larges nus féminins, ses paysages du Québec et ses thèmes juifs.

La gestuelle de ses vigoureux coups de pinceaux, son jeu de textures et son choix saisissant de couleurs donnent à ses toiles une vitalité surprenante, étonnamment moderne pour un peintre canadien formé dans les années 30. Pendant les années 40, alors que de nombreux artistes québécois se tournaient vers l'Europe, en particulier vers Paris, pour trouver leur inspiration, Leibovitch a élargi son expérience et sa vision artistique par des voyages au Mexique et en Israël. Sa peinture a évolué au fil des ans au point de vue formes, lignes et couleurs. Bien qu'il se soit à l'occasion tourné vers l'abstrait, il n'a jamais complètement donné dans l'abstraction, mais il a toujours permis à ses sujets de demeurer le centre de ses tableaux.

Quoique hautement considéré par ses pairs et par la critique, Leibovitch, de nature solitaire et peu sociable, a refusé d'exposer ses oeuvres pour la majeure partie des années 50 et 70. Il a cependant continué à travailler de façon acharnée de sorte qu'il reste actuellement des centaines de toiles qui n'ont pas encore été vues par le public. Sa dernière rétrospective remonte à 1980, et c'était donc pour la Galerie d'art d'Outremont un honneur et un grand plaisir de présenter à nouveau les oeuvres de cet artiste accompli de Montréal.

Par Malcah Sussman, coordonnatrice de la collection, août 2004.

 

» Haut de page

 

BIOGRAPHIE

 

Né à Montréal en 1913 de parents immigrants, Norman Leibovitch démontre, dès son jeune âge, un intérêt et une habileté pour le dessin et la peinture. Très jeune , il amuse ses professeurs et ses amis par ses caricatures et ses croquis , mais ce n'est qu'à l'âge de 20 ans , à la suite d'un incident singulier et périlleux qu'il décide de dédier sa vie à la poursuite de l'Art.

En 1936, il débarque à New York où il étudie à l' American Peoples School sous Carl Nelson, puis au American Artists School . Une bourse anonyme lui permet de participer à un programme d'études avec le célèbre sculpteur William Zorach, au Art Students League, jusqu'à son retour à Montréal en 1938.

Sa première exposition personnelle, à l'Art français, en février 1945, comprend de nombreux tableaux datant du début de sa carrière. Norman Leibovitch est d'abord et avant tout un paysagiste. On peut dire qu'il relève moins du groupe des Sept, dont la peinture est toute froideur , objectivité et intelligence un peu sèche , que des impressionnistes , plus sensibles à la lumière et plus intimistes. Ses toiles les plus remarquées sont , en autres , ses paysages du Nord. C'est là que son talent se fait connaître à sa juste valeur. L'exposition de 1945 comprend également une série de minutieux dessins qui suscitent un aussi grand intérêt. Jacques Delisle dans Le Devoir écrit , « On reconnaît là un peintre qui a une technique sûre jointe à sens très vif de la poésie et de l'observation » , et « Leibovitch semble avoir un don tout spécial pour la peinture des nuages et des ciels. »

U n voyage au Mexique, en 1946, lui inspire des paysages qu'il expose en compagnie de tableaux québécois et de sujets figuratifs dans une exposition de 82 œuvres, au Collège Jean Brébeuf, en 1947. Le Devoir fait éloge de son « lyrisme profondément humain et mystique à la fois. »

En 1948, M. Leibovitch est invité à présenter 22 de ses toiles les plus importantes à la Norlyst Gallery de New York. L' introduction du catalogue fait son éloge : «le peintre canadien Norman Leibovitch, à son tour, exprime ce que d'autres n'ont pas compris. Dans sa conquête des réalités extérieures , il dit le lieu divers , la qualité particulière d'un site. C'est ce qui crée la multiplicité d'aspects de son oeuvre où domine une fougue qui brosse d'éclats une matière habituellement abondante dont les effets sont toujours habiles. »

Cette exposition prestigieuse aux États-Unis est un grand honneur pour M. Leibovitch. En outre, l'artiste, désireux de connaître les impressions de ses contemporains, profite de l'occasion pour présenter une soixantaine de toiles aux connaisseurs m ontréalais.

Il expose aussi, à la même époque, à la Galerie Little de Winnipeg et participe à des expositions de groupe à Toronto.

L'année 1948 est décisive pour lui. Un voyage en Israël lui inspire d'importants tableaux qu'il expose en 1951 au Collège Brébeuf et à la Galerie West End. Entre 1952 et 1962, il continue à peindre prodigieusement , mais hésite à exposer ses oeuvres qu'il juge trop expérimentales. Pour mieux s'exprimer , il se consacre de plus en plus à la représentation de figures féminines, de thèmes judaïques , et à des sujets abstraits.

Enfin, en 1962, il renoue avec le public canadien grâce à deux expositions, une à la Galerie Upstairs de Toronto et une autre à la Galerie Penthouse de Montréal qui suscite une critique favorable et enthousiaste. Malgré ces succès, Leibovitch refuse de monter ses toiles au public pendant une vingtaine d'années, mais préserve les oeuvres de cette époque. Il recommence à exposer dans les années 80 et continue de peindre jusqu'à sa mort en 2002.

 

Traduction : Louise Halle

 

» Haut de page

 

Expositions

Expositions individuelles et collectives

Septembre 2014 Gordon Neighborhood House, Vancouver, B.C.

Fevrier 2012 The Locus Lounge, Main Street, Vancouver, B.C.

Décember 2011 On and Off the Wall Exhibition, Rize Mount Pleasant-Kingsway Art Collective, Vancouver, B.C

Août 2011 Corner Cup Cafe Gallery, Vancouver, B.C.

Avril 2009 Re-Entry Gallery Cafe, Vancouver, B.C.

Aout 2008 Main Artery Gallery, Vancouver, B.C.

Juin 2008 Characters au Sidney and Gertrude Zack Gallery, Vancouver, B.C.

Dec 2007- avril 2008 Re-Entry Espresso Cafe, Vancouber, B.C.

2007 Quebec Landscapes, ShaShuka, Vancouver, BC.

2005 Les Nu(e)s, galRi, Montréal, QC, exposition de groupe.

2004 Nudes & Transient Visions: Flesh & Fantasy, Galerie Harwood, Hudson, Québec, exposition de groupe.

2004 Hommage à Norman Leibovitch, Galerie d'Art d'Outremont, Montréal, exposition individuelle.

1984 Paintings, Galerie Downstairs, Montréal, exposition individuelle.

1981 Galerie Colbert, Montréal.

1980 Norman Leibovitch: a survey 1945-1980, Empire Industries Inc.,

Montréal, exposition individuelle.

1962 Upstairs Gallery, Toronto, exposition individuelle.

Galerie The Penthouse, Montréal, exposition individuelle.

1961 An Exhibition of Nudes, Sobot Gallery, Toronto, exposition individuelle.

1951 Paintings of Israel, Galerie West End Art, Montréal, exposition individuelle.

1950 An Exposition of Landscape, Wiseman Studio, Montréal, exposition individuelle.

Collège Jean de Brébeuf, Montréal, exposition individuelle.

1948 The Norlyst Gallery, New York, exposition individuelle.

1947 Collège Jean de Brébeuf, exposition individuelle.

Little Gallery, Winnipeg.

1945 Exhibition of Paintings by Norman Leibovitch, The Arts Club, exposition individuelle.

Landscapes, Galerie l'Art Français, exposition individuelle.

1944 Adventures in Art, Eaton's Fine Art Gallery.

 

Représentation en galerie d'art

2003 – aujourd'hui La Galerie Kastel Inc., Montréal.

 

» Haut de page

 

ENTREVUES

| ENTREVUE VIDÉO

1988 Chai Montreal, television entrevue télévisée de l'artiste avec Lisa Winston, cable 24, Montréal, le lundi 1er février.

Clip 1 - 2 min 24 secs
Basse vitesse (56k) / Haute vitesse (200k)

Clip 2 - 1 min 31 secs
Basse vitesse (56k)
/ Haute vitesse (200k)

Clip 3 - 1 min 19 secs
Basse vitesse (56k)
/ Haute vitesse (200k)

Clip 4 - 1 min 41 secs
Basse vitesse (56k)
/ Haute vitesse (200k)

 

L'installation du plugiciel suivant est nécessaire : Real Player™

 

| ENTREVUES RADIO

2004 Radio Shalom, entrevue radio avec Charles Leibovitch et Malcah Sussman par Stanley Asher, Montreal, 26 août. (en Anglais)

2004 Radio Centre-Ville, entrevue radio avec Charles Leibovitch et Malcah Sussman par Nathalie De Han, Montreal, 19 août. (en Français)

 

L'installation du plugiciel suivant est nécessaire : Real Player™

» Haut de page

 

Revue de presse

Bibliographie : Critiques / Media

2004 Lehman, Henry, "Portrait of a Forgotten Artist", The Gazette, Montréal, 28 août.

2004 Fréchette, Nicolas, NORMAN LEIBOVITCH REVIT À LA GALERIE D'ART D'OUTREMONT, l'Express d'Outremont, Mont-Royal, 26 août, p.8.

2004 Solomon, Heather, Artist's son preserves his dad's legacy, The Canadian Jewish News, Montréal, 19 août.

1988 Chai Montreal , Interview télévisée de Norman Leibovitch par Lisa Winston, cable 24, Montréal, le lundi 1er février.

1962 Field, Saul, “Norman Leibovitch – a Stubborn Spirit”, Congress Bulletin, Montréal, mars vol.16 : no.3, p. 7.

Jasmin, Claude, « Leibovitch Nouvelle Manière » , La Presse , Montréal, 1er septembre, p.5.

1951 Aaron, Ivan, « Around the Galleries » , The Gazette , Montréal, le lundi 3 décembre.

1950 Verdurin, Paul, « Exposition de paysages du peintre Norman Leibovitch », La Press e, Montréal, le samedi 11 mars.

1948 « L'artiste montréalais Norman Leibovitch » , l'Echo du Nord , le vendredi 16 janvier.

« Leibovitch of Canada » , The Art Digest , 15 janvier.

New York Herald Tribune , New York, le dimanche 11 janvier.

« Norlyst Gallery » , New York Sun , New York , janvier.

« Norman Leibovitch » , Art News , février.

Werner, Alfred, «Canadian Artist Hailed in New York », Congress Bulletin , Montréal, février , p.10, 24.

« Young Montreal Artist Holding NY Exhibition » , Montreal Standard , Montréal.

1947 Gagnon, François, « Paysages étranges, portraits, satires » , La Presse , Montréal, 30 avril.

La Salle, Gabriel, « Peinture mexicaine » , Le Canada .

« Leibovitch Art on Display at Collège Jean de Brébeuf », The Herald , Montréal, 5 mai.

« Leibovitch Showing Paintings of Mexico », The Gazette , Montréal.

« Mexican Scenes in Exhibition » , Daily Star , Montréal.

« Norman Leibovitch to Show in New York » , The Gazette , Montréal.

« Peinture canadienne » , Le Devoir , 30 avril.

1945 « Bonne exposition à l'Art français » , La Presse , Montréal, 20 février.

Delisle, Jacques, « Norman Leibovitch » , Le Devoir , Montréal, 20 février.

« N. Leibovitch Shows work at l'Art Français » , The Gazette , Montréal, 20 février.

1934 «Ordeal in Drifting Canoe Turns Youth into Artist», Toronto Daily Star, Toronto , 8 juin , p.1, 3.

 

Activités connexes

1947 Caricatures de la classe finissante du Collège Jean de Brébeuf. Publiées dans le journal : Brébeuf, Montréal, juin 1947, Vol XIV : no.9, p.2-7.

 

Collections

Jewish Public Library, Montréal.

Jewish Family Services of the Baron de Hirsch of Montreal.

Twenty paintings donated to the Montreal Children's Hospital, Montreal, Quebec, 2004.

Twenty Three Paintings of Hebrew Letters donated to Maimonidies Geriatric Centre, Montreal, Quebec, 2005.

» Haut de page

 

 

 


Leibovitch, 1980.

 

 

 

 


L'artiste et sa femme Pearl partage un moment de tranquillité devant un de ses tableaux. (années 40)

 

 

 

 

 

Pearl and Norman Leibovitch at one
of his exhibitions (1940's).

 

 

 

 


Leibovitch, une rare photo en tenue de soirée. (années 40)

 

 

 

 

 

 

Un moment d'intimité avec, entre autre, l'artiste Sam Borenstein, sa femme Judy (1945).

 

 

 

 

 

Boulevard Taschereau, en compagnie des Borensteins (1945).